le blog numismatiquele blog numismatique
Dans tout le blogDans ma sélection

225e ANNIVERSAIRE DE LA FRAPPE DE LA PREMIÈRE PIÈCE DÉCIMALE DU FRANC

| 18/10/2020
Informations

La première monnaie du système décimal est la 5 Décimes Régénération Française frappée au début de 1794, mais il est important de souligner qu’elle est associée à la livre tournois et non au franc. Il faut en effet attendre le 28 thermidor an 3 (15/08/1795) pour aboutir aux lois de création monétaire des monnaies décimales en franc. Ces lois prévoient pour le cuivre des monnaies d’un centime, deux centimes, cinq centimes, d’un décime et de deux décimes et pour l’argent des monnaies d’un franc, de deux francs et de cinq francs.
Parmi toutes ces monnaies, la priorité de mise en œuvre est donnée à la cinq centimes pour faciliter les transactions quotidiennes et mettre en circulation le plus rapidement possible une monnaie qui ne soit plus à effigie royale.

Le Comité des finances Section des assignats et monnaies demande le 19 fructidor an 3 (05/09/1795) à l’agence monétaire « si l’atelier monétaire est prêt à fabriquer la petite monnaie, qu’il ne fallait que 2 décades au citoyen Dupré pour fournir les premiers carrés et que connaissant l’exactitude cet artiste il y a lieu de penser que son travail pour cet objet doit être fini ou fort avancé. Le comité ajoute qu’à l’égard des autres détails il est persuadé que l’agence y aura mis la même activité et qu’il a compté qu’il serait fait des versements de petite monnaie à la trésorerie nationale vers la fin de ce mois. L’agence a arrêté de donner connaissance de cette lettre au citoyen Dupré et de répondre au Comité que l’agence ne cesse de veiller à l’exécution de la loi du 28 thermidor et notamment pour que la fabrication de la menue monnaie soit mise le plus tôt possible en activité » [MEF-MACP, SAEF/X.Ms170].

Le 22 fructidor (08/09/1795), l’agence écrit au Comité des Finances Section Assignats et monnaies : « Vous nous avez invités le 19 de ce mois à vous informer si l’atelier monétaire est prêt pour la fabrication de la monnaie de cuivre, et vous nous avez mandé que vous comptiez que sur la fin de ce mois, il en serait fait des versements à la trésorerie nationale. Nous veillons sans cesse à l’exécution des mesures que nous avons faites pour l’exécution de la loi du 28 thermidor, et notamment pour que la fabrication de la menue monnaie soit mise le plutôt possible en activité. Pour cet effet le graveur nous a promis qu’à ce commencement de la décade prochaine il fournirait des carrés pour cette fabrication. A cette époque [un] et même plutôt deux balanciers pourront être employés. Bientôt après, il y en aura trois autres en état de service. Ainsi vous voyez que nous avons avancé autant qu’il est en nous la fabrication de la monnaie de cuivre, puisque nous n’avons négligé aucune des choses qui nous concernent. » [MEF-MACP, SAEF/X.Ms113].

Le même jour, l’agence précise à Dupré : « Nous vous prévenons que le Comité des finances, section des assignats et monnaies, désire que les pièces de cuivre soient cordonnées et qu’il en soit fabriqué quelques unes à la fin de cette décade. Il jugera l’effet d’un cordon sur ces pièces comparativement à celles qui n’en auront point et prendra une décision définitive à ce sujet. Nous nous déposons sur vous pour le dessin de ce cordon. Nous avons lieu de croire que le Comité des finances en sera satisfait. » [MEF-MACP, SAEF/X.Ms113].

Le registre [MEF-MACP, SAEF/X.Ms170] relate la première production de 5 Centimes qui a eu lieu le 28 fructidor an 3 (14/09/1795) devant des représentants du Peuple : « Les citoyens Daumy sont venus à la séance de l’agence et lui ont proposé de remettre au garde comptable 58 milliers [Livres en poids] de flans de Cinq Centimes lesquels proviennent de l’épuration du métal de cloches et peuvent être soumis à l’action des balanciers et des moutons. Un instant après sont survenus les représentants du peuple Loysel et Frécine membres du Comité des finances Section des assignats et monnaies et verbalement ils ont de nouveau autorisé l’agence autant que de besoin à faire procéder à la fabrication des monnaies décrétées le 28 thermidor et notamment à celle de 5 Centimes ; en conséquence l’agence a fait cordonner les flaons présentés par les frères Daumy. Ensuite elle les a fait porter à la salle du monnayage et à l’atelier des moutons et en présence des représentants susnommés les flaons ont reçu l’empreinte déterminée par la loi ; Cette empreinte est venue aussi bien sous le mouton que sous le balancier et les représentants en ont fait l’observation pour en faire tel usage qu’il appartiendra. » [MEF-MACP, SAEF/X.Ms170].

Le registre de l’agence monétaire précise un peu plus cette première délivrance dans sa séance du 2 vendémiaire an 4 (24/09/1795) : « Vu les articles 1 2 3 4 et 5 de la loi du 28 thermidor de l’an 3 de la République française une et indivisible concernant la fabrication de la monnaie métal de bronze épuré. Vu aussi le bordereau de fabrication de 2671 pièces de cinq centimes adressé le 28 fructidor par le citoyen Dorigny contrôleur de l’atelier monétaire de Paris et préposé provisoirement à la délivrance des monnaies mentionnées en la loi susdatée ; ouï le rapport du Cen Dibarrart. L’agence déclare le travail de cuivre monnoyé en l’atelier monétaire de Paris le 28 fructidor de l’an 3 droit de poids ; en conséquence elle ordonne que la délivrance en sera faite au garde comptable et pour cet effet elle arrête qu’expédition du présent jugement sera adressée au contrôleur de l’atelier monétaire. » [MEF-MACP, SAEF/X.Ms170].


© Collections historiques de la Monnaie de Paris, MEF-MACP,SAEF/X.Ms80

Le 6 vendémiaire an 4 (28/09/1795) l’agence écrit au Citoyen Dorigny : « Nous vous invitons à nous remettre sur le champ 100 pièces de 5 centimes pour les envoyer au Comité des finances Section A.M [Assignats et Monnaies] qui désire les présenter à la Convention Nationale ». [MEF-MACP, SAEF/X.Ms113].

« A la séance de la Convention Nationale, en date du 7 vendémiaire an 4 (29 Septembre 1795), présidée par M.Baudin, député des Ardennes, M.Loisel, organe du Comité des finances, rend compte des mesures prises pour la fabrication de la nouvelle monnaie dans la première décade qui a suivi la publication du décret ; il a été fabriqué, dit-il, 14 000 pièces par jour. La fabrication a été poussée ensuite à 30 000, et avant deux mois, elle s’élèvera à 200 000. Ainsi, quoi que puisse faire le royalisme, cette fabrication, fortement activée, donnera de nouveaux moyens au Gouvernement constitutionnel qui va s’organiser.
M. Loisel profite de la circonstance qui lui est offerte pour présenter à la Convention le décret suivant : « La Convention nationale, après avoir entendu le rapport de son Comité des finances (section des Assignats et Monnaies), décrète : les premières pièces de cinq centimes, fabriquées en exécution de la loi du 28 thermidor dernier (14 août 1795), et présentées par le Comité des finances, seront déposées aux Archives nationales. » Le projet de décret est adopté.
 » [DEWAMIN,1893].

À noter que le 24 vendémiaire an 4 (16/10/1795) l’agence précisera enfin le titre des monnaies de cuivre : « Nous pensons que l’affinage du métal des cloches doit être tel qu’il ne reste dans le cuivre que deux parties d’étain et qu’il conviendrait que le Comité des assignats et Monnaies prit incessamment un arrêté à ce sujet. » [MEF-MACP, SAEF/X.Ms113]. Nous avons ainsi un cuivre à une pureté de 98 %.

Notre première monnaie décimale en Franc, une pièce de 5 centimes, est ainsi née il y a 225 ans. Les mois qui suivront verront la sortie de la pièce de 5 Francs, dite « Union et Force », puis les pièces de 2 Décimes et Décime.

Cet anniversaire nous donne enfin l’occasion d’annoncer la prochaine finalisation de la rédaction d’un ouvrage dédié aux monnaies décimales gravées par Augustin Dupré. En gestation depuis plusieurs années, ce livre s’inscrira dans la lignée du  Franc, les monnaies, les archives et rendra un hommage appuyé à Augustin Dupré et ses œuvres. Nous aurons l’opportunité d’en reparler lors de prochaines publications dans le Bulletin Numismatique.

Philippe THÉRET & Xavier BOURBON

[Dewamin,1893] « Cent ans de numismatique française de 1789 à 1889, ou A. B. C. de la numismatique moderne. » Émile Dewamin, 1893, Édition D. Dumoulin, Paris.
[MEF-MACP, SAEF / X.Ms80] Emission cuivre an 4 – an 8.
[MEF-MACP, SAEF/X.Ms113] Agence Monétaire. Correspondances. 1er messidor an 3 (19/06/1795) – 12 frimaire an 4 (03/12/1795).
[MEF-MACP, SAEF/X.Ms170] Procès-verbaux des séances de l’Agence Monétaire entre le 25 prairial an 3 (13/06/1795) et le 5 vendémiaire an 4 (27/09/1795).

facebooktwitter
A-
A+
L'équipe cgb.fr - contact@cgb.fr
La boutique des monnaies et billets cgb.fr
Les boutiques cgb.fr

Des dizaines de milliers de monnaies et billets de collection différents disponibles. Tous les livres et fournitures numismatiques pour classer vos monnaies et billets.
Les live auctions de cgb.fr
Les live-auctions cgb.fr

Découvrez les nouvelles live auctions de cgb.fr !
Les e-auctions de cgb.fr - prix de départ 1
Les e-auctions - cgb.fr

Prix de départ 1 Euro, pas de frais acheteur, les collectionneurs fixent le prix de l'article !
Le Bulletin Numismatique
Le Bulletin Numismatique
Retrouvez tous les mois 32 pages d'articles, d'informations, de photos sur les monnaies et les billets ainsi que les forums des Amis du Franc et des Amis de l'Euro.
Le e-FRANC
Le e-FRANC

Retrouvez la valeur de vos monnaies en Francs. De la 1 centime à la 100 Francs, de 1795 à 2001, toutes les cotations des pièces en Francs.
La boutique des monnaies françaises 1795-2001
cgb.fr - 36,rue Vivienne - F-75002 PARIS - FRANCE - tel : 01-42-33-25-99 mail: blog@cgb.fr
Mentions légales - Copyright ©1996-2014 - cgb.fr - Tous droits réservés

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de Cookies et autres traceurs afin de vous offrir une expérience optimale.

x