le blog numismatiquele blog numismatique
Dans tout le blogDans ma sélection

Bienvenue sur le portail d'information numismatique de cgb.fr

784 lots sont proposés dans la vente Internet Auction de CGB Numismatique Paris – 27 octobre 2020, des monnaies antiques aux monnaies royales et modernes françaises en passant par les monnaies du monde, les médailles et les jetons.

Placez vos pré-ordres dès à présent :

La phase Live de la vente (offres en direct) débutera mardi 27 octobre 2020 à partir de 14h00. N'oubliez pas de vous créer un pseudo pour pouvoir y participer : création compte/pseudo

Besoin d'y voir plus clair dans le déroulement d'une Internet Auction ? cliquez ICI.

facebooktwitter
L'équipe cgb.fr

Les catalogues ROME, listes à prix marqués présentent les monnaies de l'empire romain depuis les bronzes de la république jusqu'à la fin de l'Empire romain en 491 et la naissance de l'Empire byzantin. Toutes les pièces sont référencées, pesées, mesurées et l'axe des coins est précisé. Bien plus que des listes de vente, ces catalogues constituent de véritables mines d'information.

Avec ce cinquante-quatrième catalogue, nous vous proposons une sélection de plus de 1,600 monnaies entre le début de la République et Zénon (474-491). Les prix varient entre 100 et 9,500 euros pour un rare quinaire d’or de Valérien Ier. Vous trouverez également dans ce catalogue de nombreuses monnaies républicaines mais également une belle sélection de monnaies en or.

Les commandes peuvent être placées dès à présent :

Plus de 100 monnaies romaines vous sont également présentées dans notre vente Internet Auction d'octobre 2020. La clôture Live de la vente (offres en direct) débutera mardi 27 octobre à 14h00 : https://www.cgb.fr/live-auction,catalogue,1043.html

facebooktwitter
L'équipe cgb.fr
| 21/10/2020
Annonces

69 monnaies romaines en ligne

Bonjour, 

Découvrez aujourd'hui une sélection de 69 monnaies romaines.

Les prix varient de 50 à 750 euros.

 

Bonne journée avec Cgb.fr

facebooktwitter
Marie BRILLANT
| 21/10/2020
Annonces

Nouvelles monnaies du Monde !

Bonjour ,

Aujourd'hui découvrez sur la boutique des monnaies du monde un ensemble de nouvelles monnaies étrangères. Dans cet ensemble vous découvrirez des monnaies de tous pays et toutes époques !

Merci de collectionner avec Cgb.fr !

 

facebooktwitter
Matthieu DESSERTINE

Bonjour,

Retrouvez sur la boutique Euro de CGB Numismatique Paris une sélection de 70 monnaies ou séries !

 

 

Un ensemble de 30 monnaies Euro est également proposé dans notre e-auction hebdomadaire (prix de départ 1 Euro, clôture en direct tous les lundis à partir de 14h00).

facebooktwitter
Pauline BRILLANT

Bonjour

Nous vous proposons, cette semaine, une sélection dédiée au 20 Francs Pêcheur référence F.13 N'hésitez pas à la parcourir pour découvrir peut-être le billet manquant à votre collection.

Merci de collectionner avec CGB Numismatique Paris

facebooktwitter
Fabienne RAMOS

Chers collectionneurs,

Nous vous proposons de découvrir les dernières parutions en publications numismatiques. Nombre de collectionneurs étaient désespérés depuis que le Monete Italiani Regionali consacré à la Maison de Savoie était épuisé et introuvable. Nous avons le plaisir de vous présenter le nouvel ouvrage de Sergio Cudazzo , "Una Nuova Luce Sulla Monetazione Sabauda" qui propose un travail entièrement renouvelé sur les monnayages de la Maison de Savoie d'Amédée Ier à Victor Emmanuel III. Dans la collection des MIR, Alessandro Tofanin propose son troisième tome consacré aux monnaies papales (de Grégoire XV en 1621 à Innocent XIII en 1724). Les amateurs de l'Antiquité Romaine découvriront Le monnayage impérial de Gordien III (238-244 après J.-C.), Recherches numismatiques sur l'empereur Pertinax ainsi que le nouveau Trésors Monétaires XXIX consacré au trésor de Saint-Germain-lès-Arpajon.

 

Ces ouvrages sont à découvrir plus de 600 publications en stock à découvrir dans notre librairie numismatique en ligne.

Merci de collectionner avec Cgb.fr

facebooktwitter
Laurent COMPAROT
| 20/10/2020
Annonces

E-auction n° 393 - Cgb.fr

Bonjour,

Cgb.fr vous présente sa nouvelle E-auction, avec des prix de départ à 1 euro, pas de prix de réserve et pas de frais acheteurs. Le collectionneur décide du prix de la monnaie !

    Cliquez ici pour vous inscrire et participer aux e-auctions

Cliquez ici pour accéder aux articles de la vente

La nouvelle e-auction de Cgb.fr vous propose un large choix de monnaies, jetons et billets, quelque soit votre domaine de collection.

Pour obtenir toutes les informations sur le fonctionnement des e-auctions, rendez-vous sur la Foire Aux Questions.

Bonne chasse !

facebooktwitter
Fatima MAHFOUDI

Bonjour,

Il ne vous reste plus que quelques heures pour miser ou augmenter votre offre maximum avant la fin de notre E-auction 392 - à partir de 14h00, un article sera attribué au dernier gagnant toutes les 30 secondes.

E-auction 392 ce sont des centaines de monnaies, jetons et billets. C'est vous qui décidez du prix !

Vous n'êtes pas encore inscrit ? Rejoignez-nous

A vous de jouer !!

facebooktwitter
Fatima MAHFOUDI

La première monnaie du système décimal est la 5 Décimes Régénération Française frappée au début de 1794, mais il est important de souligner qu’elle est associée à la livre tournois et non au franc. Il faut en effet attendre le 28 thermidor an 3 (15/08/1795) pour aboutir aux lois de création monétaire des monnaies décimales en franc. Ces lois prévoient pour le cuivre des monnaies d’un centime, deux centimes, cinq centimes, d’un décime et de deux décimes et pour l’argent des monnaies d’un franc, de deux francs et de cinq francs. Parmi toutes ces monnaies, la priorité de mise en œuvre est donnée à la cinq centimes pour faciliter les transactions quotidiennes et mettre en circulation le plus rapidement possible une monnaie qui ne soit plus à effigie royale.

Le Comité des finances Section des assignats et monnaies demande le 19 fructidor an 3 (05/09/1795) à l’agence monétaire « si l’atelier monétaire est prêt à fabriquer la petite monnaie, qu’il ne fallait que 2 décades au citoyen Dupré pour fournir les premiers carrés et que connaissant l’exactitude cet artiste il y a lieu de penser que son travail pour cet objet doit être fini ou fort avancé. Le comité ajoute qu’à l’égard des autres détails il est persuadé que l’agence y aura mis la même activité et qu’il a compté qu’il serait fait des versements de petite monnaie à la trésorerie nationale vers la fin de ce mois. L’agence a arrêté de donner connaissance de cette lettre au citoyen Dupré et de répondre au Comité que l’agence ne cesse de veiller à l’exécution de la loi du 28 thermidor et notamment pour que la fabrication de la menue monnaie soit mise le plus tôt possible en activité » [MEF-MACP, SAEF/X.Ms170].

Le 22 fructidor (08/09/1795), l’agence écrit au Comité des Finances Section Assignats et monnaies : « Vous nous avez invités le 19 de ce mois à vous informer si l’atelier monétaire est prêt pour la fabrication de la monnaie de cuivre, et vous nous avez mandé que vous comptiez que sur la fin de ce mois, il en serait fait des versements à la trésorerie nationale. Nous veillons sans cesse à l’exécution des mesures que nous avons faites pour l’exécution de la loi du 28 thermidor, et notamment pour que la fabrication de la menue monnaie soit mise le plutôt possible en activité. Pour cet effet le graveur nous a promis qu’à ce commencement de la décade prochaine il fournirait des carrés pour cette fabrication. A cette époque [un] et même plutôt deux balanciers pourront être employés. Bientôt après, il y en aura trois autres en état de service. Ainsi vous voyez que nous avons avancé autant qu’il est en nous la fabrication de la monnaie de cuivre, puisque nous n’avons négligé aucune des choses qui nous concernent. » [MEF-MACP, SAEF/X.Ms113].

Le même jour, l’agence précise à Dupré : « Nous vous prévenons que le Comité des finances, section des assignats et monnaies, désire que les pièces de cuivre soient cordonnées et qu’il en soit fabriqué quelques unes à la fin de cette décade. Il jugera l’effet d’un cordon sur ces pièces comparativement à celles qui n’en auront point et prendra une décision définitive à ce sujet. Nous nous déposons sur vous pour le dessin de ce cordon. Nous avons lieu de croire que le Comité des finances en sera satisfait. » [MEF-MACP, SAEF/X.Ms113].

Le registre [MEF-MACP, SAEF/X.Ms170] relate la première production de 5 Centimes qui a eu lieu le 28 fructidor an 3 (14/09/1795) devant des représentants du Peuple : « Les citoyens Daumy sont venus à la séance de l’agence et lui ont proposé de remettre au garde comptable 58 milliers [Livres en poids] de flans de Cinq Centimes lesquels proviennent de l’épuration du métal de cloches et peuvent être soumis à l’action des balanciers et des moutons. Un instant après sont survenus les représentants du peuple Loysel et Frécine membres du Comité des finances Section des assignats et monnaies et verbalement ils ont de nouveau autorisé l’agence autant que de besoin à faire procéder à la fabrication des monnaies décrétées le 28 thermidor et notamment à celle de 5 Centimes ; en conséquence l’agence a fait cordonner les flaons présentés par les frères Daumy. Ensuite elle les a fait porter à la salle du monnayage et à l’atelier des moutons et en présence des représentants susnommés les flaons ont reçu l’empreinte déterminée par la loi ; Cette empreinte est venue aussi bien sous le mouton que sous le balancier et les représentants en ont fait l’observation pour en faire tel usage qu’il appartiendra. » [MEF-MACP, SAEF/X.Ms170].

Le registre de l’agence monétaire précise un peu plus cette première délivrance dans sa séance du 2 vendémiaire an 4 (24/09/1795) : « Vu les articles 1 2 3 4 et 5 de la loi du 28 thermidor de l’an 3 de la République française une et indivisible concernant la fabrication de la monnaie métal de bronze épuré. Vu aussi le bordereau de fabrication de 2671 pièces de cinq centimes adressé le 28 fructidor par le citoyen Dorigny contrôleur de l’atelier monétaire de Paris et préposé provisoirement à la délivrance des monnaies mentionnées en la loi susdatée ; ouï le rapport du Cen Dibarrart. L’agence déclare le travail de cuivre monnoyé en l’atelier monétaire de Paris le 28 fructidor de l’an 3 droit de poids ; en conséquence elle ordonne que la délivrance en sera faite au garde comptable et pour cet effet elle arrête qu’expédition du présent jugement sera adressée au contrôleur de l’atelier monétaire. » [MEF-MACP, SAEF/X.Ms170].

© Collections historiques de la Monnaie de Paris, MEF-MACP,SAEF/X.Ms80

Le 6 vendémiaire an 4 (28/09/1795) l’agence écrit au Citoyen Dorigny : « Nous vous invitons à nous remettre sur le champ 100 pièces de 5 centimes pour les envoyer au Comité des finances Section A.M [Assignats et Monnaies] qui désire les présenter à la Convention Nationale ». [MEF-MACP, SAEF/X.Ms113].

« A la séance de la Convention Nationale, en date du 7 vendémiaire an 4 (29 Septembre 1795), présidée par M.Baudin, député des Ardennes, M.Loisel, organe du Comité des finances, rend compte des mesures prises pour la fabrication de la nouvelle monnaie dans la première décade qui a suivi la publication du décret ; il a été fabriqué, dit-il, 14 000 pièces par jour. La fabrication a été poussée ensuite à 30 000, et avant deux mois, elle s’élèvera à 200 000. Ainsi, quoi que puisse faire le royalisme, cette fabrication, fortement activée, donnera de nouveaux moyens au Gouvernement constitutionnel qui va s’organiser. M. Loisel profite de la circonstance qui lui est offerte pour présenter à la Convention le décret suivant : « La Convention nationale, après avoir entendu le rapport de son Comité des finances (section des Assignats et Monnaies), décrète : les premières pièces de cinq centimes, fabriquées en exécution de la loi du 28 thermidor dernier (14 août 1795), et présentées par le Comité des finances, seront déposées aux Archives nationales. » Le projet de décret est adopté. » [DEWAMIN,1893].

À noter que le 24 vendémiaire an 4 (16/10/1795) l’agence précisera enfin le titre des monnaies de cuivre : « Nous pensons que l’affinage du métal des cloches doit être tel qu’il ne reste dans le cuivre que deux parties d’étain et qu’il conviendrait que le Comité des assignats et Monnaies prit incessamment un arrêté à ce sujet. » [MEF-MACP, SAEF/X.Ms113]. Nous avons ainsi un cuivre à une pureté de 98 %.

Notre première monnaie décimale en Franc, une pièce de 5 centimes, est ainsi née il y a 225 ans. Les mois qui suivront verront la sortie de la pièce de 5 Francs, dite « Union et Force », puis les pièces de 2 Décimes et Décime.

Cet anniversaire nous donne enfin l’occasion d’annoncer la prochaine finalisation de la rédaction d’un ouvrage dédié aux monnaies décimales gravées par Augustin Dupré. En gestation depuis plusieurs années, ce livre s’inscrira dans la lignée du  Franc, les monnaies, les archives et rendra un hommage appuyé à Augustin Dupré et ses œuvres. Nous aurons l’opportunité d’en reparler lors de prochaines publications dans le Bulletin Numismatique.

Philippe THÉRET & Xavier BOURBON

[Dewamin,1893] « Cent ans de numismatique française de 1789 à 1889, ou A. B. C. de la numismatique moderne. » Émile Dewamin, 1893, Édition D. Dumoulin, Paris. [MEF-MACP, SAEF / X.Ms80] Emission cuivre an 4 – an 8. [MEF-MACP, SAEF/X.Ms113] Agence Monétaire. Correspondances. 1er messidor an 3 (19/06/1795) – 12 frimaire an 4 (03/12/1795). [MEF-MACP, SAEF/X.Ms170] Procès-verbaux des séances de l’Agence Monétaire entre le 25 prairial an 3 (13/06/1795) et le 5 vendémiaire an 4 (27/09/1795).

facebooktwitter
L'équipe cgb.fr

Il vous reste encore quelques heures pour bénéficier de l'offre spéciale de -10% sur plus de 47 000 monnaies, médailles, jetons et billets de notre site www.cgb.fr ! Depuis jeudi, plus de 2 000 articles ont été ajoutés à la sélection. N'hésitez pas à retourner sur le site pour voir si vous trouvez un nouvel article à -10% pour compléter votre collection !

Toute l'équipe de CGB Numismatique Paris vous souhaite un agréable week-end riche en découvertes numismatiques !

#PrenezSoinDeVous #PortezVousBien #EngagésEnsemble

Joël Cornu, Président-Directeur Général de CGB Et toute l’équipe de CGB

 

 

 

 

facebooktwitter
L'équipe cgb.fr

À partir de l’année 1900 et pour les valeurs faciales de deux, cinq et vingt francs, très peu de pièces postérieures s’avèrent rares. Dans cet article, je vais m’intéresser à ces monnaies qui sont apparemment peu courantes et déterminer ce qu’il en est réellement.

Tout d’abord, en examinant les catalogues de cotation et en regardant les cotes les plus élevées, j’ai fait le choix de tenir compte des monnaies dont la cote est supérieure à 1 000€. Je n’ai pas non plus pris en considération les essais qui ne sont pas des monnaies ayant circulé, et la liste des monnaies « rares » est donc la suivante :

Notes : • Il y a des divergences entre les catalogues de cotation quant aux quantités frappées pour la 5 francs 1936 et la 20 francs 1939, mais cela n’a pas de conséquences particulières. • Il y a une année pour laquelle on ne connait pas la quantité frappée. • Je n’ai pas trouvé pour les valeurs de 10 et 50 francs des monnaies avec des cotes élevées. • Les frappes les plus faibles correspondent aux années 1936 et 1939 pour les monnaies de 5 et 20 francs. • A priori, on peut se demander comment une monnaie frappée à plusieurs centaines de milliers d’exemplaires peut être rare ?

À première vue, on peut être étonné qu’il y ait aussi peu de monnaies rares si l’on tient compte du nombre important d’années, de types et de valeurs faciales différents. En réalité, cela s’explique par la quantité frappée pour un seul type qui, en général, est de plusieurs millions ou dizaines de millions de pièces.

Regardons maintenant les cotes correspondantes de ces monnaies pour les états de conservation supérieurs :

Comme à son habitude, le Franc ne donne pas de cotes pour les monnaies rares pour l’état FDC, du moins pour les pièces que CGB n’a jamais eues entre les mains. Dans ce cas, on peut constater que pour l’état SUP, les cotes des deux catalogues sont pratiquement similaires et si l’on compare les cotes du catalogue le Franc pour l’état SPL et celle en état FDC pour le Gadoury, elles sont également semblables.

Pour avoir une première idée de la rareté de ces pièces, regardons du côté des maisons de grading ce qu’il en est (ayant rédigé cet article il y a 2-3 ans, je viens d’actualiser l’information en l’indiquant sous la forme de +1) :

À première vue, toutes ces pièces semblent rares. Cependant on remarque que la 20 francs 1939 n’est pas aussi rare que l’on pourrait croire, surtout en raison de la cote de cette monnaie. Il me semble me souvenir qu’il y a quelques années, les quantités étaient bien inférieures et je suppose donc qu’un rouleau de 10 (ou un demi-rouleau) a fait son apparition entre temps.

Quand on passe à la qualité FDC, il n’y a vraiment pas beaucoup de choix, bien au contraire.

C’est en général lorsque l’on fait le travail de recherche des exemplaires gradés que l’on se rend compte de la rareté réelle de certaines monnaies. Avec des cotes en FDC de l’ordre de 2 000€, 3 000€ ou 4 000€ pour de nombreuses pièces, on se rend compte que ce n’est pas cher payé pour des monnaies que l’on ne voit jamais dans ces qualités.

Nous allons maintenant regarder du côté des enchères pour comparer les cotes et les prix du marché.

Première remarque : trouver ces monnaies dans des ventes aux enchères est très difficile et voici ce que nous avons trouvé dans des ventes récentes :

Nous avons cherché à partir de 2014 et dans toutes les ventes des maisons suivantes : Alde, Beaussant-Lefevre, CGB, Gadoury, MDC Monaco, Palombo, Rieunier. Nous indiquons cela pour bien montrer que ces monnaies ne sont pas proposées souvent dans de belles qualités lors de ventes aux enchères et en l’espace de six ans, un seul exemplaire de la 5 fr 1936 et deux exemplaires de la 2 fr 1927 et de la 5 fr 1939 ont été proposés.

La rareté des 5 francs 1936 et 1939 est indiscutable et nous ne comprenons pas la différence de cote entre ces deux monnaies pour les hauts états de conservation, car elles sont tout aussi rares. Il est certain que l’année 1936 se trouve beaucoup plus facilement que l’année 1939, qui est rare quel que soit l’état de conservation, mais pour les deux années, les très belles pièces sont rarissime. Preuve en est que dans la Collection Idéale de CGB, le plus bel exemplaire pour l’année 1939 est MS61 et celui de l’année 1936 et est seulement AU55, alors que pour les autres années de cette même série, les grades sont MS63, MS64, MS65 et même MS66 ! I ne faut pas toujours se fier aveuglément aux chiffres de frappe, car parfois on a des grosses surprises. En effet, avec plus de 150 000 exemplaires frappés pour chacune de ces années, il ne subsisterait de nos jours que deux exemplaires SPL pour l’année 1939 et deux SUP pour l’année 1936 et aucun FDC. Pour l’année 1939, la rareté peut s’expliquer par le début de la Seconde Guerre mondiale et la refonte des pièces correspondant à cette année. Quant à l’année 1936, il n’y a aucune explication logique et c’est à se demander si à l’époque il y avait des numismates ? Quant à la cote du Gadoury pour la 5 francs 1936 en FDC à 3 600€ elle est très éloignée de la réalité qui devrait être de l’ordre de 10 000€.

Le cas de la 20 francs 1936 et 1939 m’interpelle car cela manque de logique. Je m’explique : normalement, quand une monnaie est rare dans un état de conservation élevé, la cote devrait être importante, même si cette monnaie est très courante. Un exemple concret est la 5 francs 1811 A de Napoléon Ier dont la cote est de 20€ en état B et 4 000€ en FDC. Maintenant, regardons par exemple la cote de ces deux monnaies en SPL, la 1936 est à 1 500€ tandis que la 1939 est à 11 000€, c’est-à-dire plus de sept fois plus élevée. Maintenant, regardons le nombre d’exemplaires gradés en SPL et FDC : il y en a 6 pour l’année 1936 et 18 pour 1939, ce qui signifie tout simplement que les très belles pièces de l’année 1936 sont bien plus rares que celles de 1939. Il y a une incohérence totale avec la réalité, la 20 francs 1936 est bien plus rare, mais paradoxalement elle est bien meilleur marché !

La conclusion à cela est qu’il ne faut pas suivre les cotations aveuglément et bien que dans le cas de monnaies assez courantes, les cotes soient cohérentes, pour les monnaies rares ou les qualités supérieures, il faut faire un minimum de recherches pour obtenir des informations plus concrètes.

Il y a parfois des différences marquées entre la cote et le prix réalisé, mais ce n’est pas parce qu’une monnaie est gradée MS63 et MS64 que celle-ci est parfaite d’un point de vue visuel. Le grade signifie tout simplement que la monnaie n’a pas été nettoyée, retouchée et qu’elle ne présente aucune usure mais, par contre, elle peut présenter quelques coups, le brillant de frappe peut être absent par endroits et la monnaie peut être patinée. « L’impact » visuel est primordial lors du choix d’une monnaie et cela n’est jamais identique pour deux monnaies à moins que les deux conservent le brillant de frappe initial. CGB a présenté deux exemplaires de la 20 francs 1954B de même qualité MS64, mais les prix de vente respectifs ont été de 2 600€ et 3 980€. Comment expliquer une telle différence de 50% sur le prix ? Ci-dessus les images des deux monnaies pour mieux comprendre.

Voici la note descriptive de CGB de cette pièce : Cet exemplaire est absolument « neuf », il a été prélevé en 1954 par un guichetier de la Banque de France et est resté dans sa collection jusqu’à aujourd’hui.

Finalement, avec plusieurs centaines de monnaies émises depuis 1920 jusqu’en 2000 pour des valeurs faciales de 2 fr, 5 fr, 10 fr, 20 fr et 50 fr, il y en a seulement sept qui sont vraiment rares. Pour la grande majorité des pièces, on les trouve généralement sans trop de difficultés en bel état. Nous conseillons cependant de rechercher toujours en priorité les monnaies qui sont les plus difficiles à trouver, car ce sont celles-là qui déterminent en grande partie la « valeur » d’une collection et la facilité en cas de revente. Soyez patient, car ce n’est pas du jour au lendemain que vous allez trouver ces monnaies, mais cela fait partie de la vie et de la joie d’un collectionneur.

Yves BLOT

facebooktwitter
L'équipe cgb.fr
La boutique des monnaies et billets cgb.fr
Les boutiques cgb.fr

Des dizaines de milliers de monnaies et billets de collection différents disponibles. Tous les livres et fournitures numismatiques pour classer vos monnaies et billets.
Les live auctions de cgb.fr
Les live-auctions cgb.fr

Découvrez les nouvelles live auctions de cgb.fr !
Les e-auctions de cgb.fr - prix de départ 1
Les e-auctions - cgb.fr

Prix de départ 1 Euro, pas de frais acheteur, les collectionneurs fixent le prix de l'article !
Le Bulletin Numismatique
Le Bulletin Numismatique
Retrouvez tous les mois 32 pages d'articles, d'informations, de photos sur les monnaies et les billets ainsi que les forums des Amis du Franc et des Amis de l'Euro.
Le e-FRANC
Le e-FRANC

Retrouvez la valeur de vos monnaies en Francs. De la 1 centime à la 100 Francs, de 1795 à 2001, toutes les cotations des pièces en Francs.
La boutique des monnaies françaises 1795-2001
cgb.fr - 36,rue Vivienne - F-75002 PARIS - FRANCE - tel : 01-42-33-25-99 mail: blog@cgb.fr
Mentions légales - Copyright ©1996-2014 - cgb.fr - Tous droits réservés

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de Cookies et autres traceurs afin de vous offrir une expérience optimale.

x