le blog numismatiquele blog numismatique
Dans tout le blogDans ma sélection

Bienvenue sur le portail d'information numismatique de cgb.fr

Bonjour ,

Aujourd'hui sur la boutique des monnaies royales et la boutique des monnaies féodales, découvrez une sélection de plus de 160 monnaies avec des prix remisés jusqu'à 40%. Commandez rapidement, chaque monnaie est disponible en un seul exemplaire.

Cliquez ici pour accéder aux monnaies royales

Cliquez ici pour accéder aux monnaies féodales

facebooktwitter
Pauline BRILLANT

Chers Collectionneurs,

La BOUTIQUE MODERNES de Cgb.fr vous propose cette semaine une sélection de 125 monnaies et coffrets modernes français comprenant entre autre 18 pièces en or ainsi que 20 en argent :

  • 87 autres monnaies et coffrets complètent cette sélection :

La BOUTIQUE MODERNES, c'est aussi un choix de plus de 9 000 monnaies et, chaque semaine, une sélection de 150 monnaies minimum dans nos e-Auctions au prix de départ 1 euro.

Bonne(s) trouvaille(s) !

facebooktwitter
Laurent VOITEL
| 07/05/2021
Annonces

Nouveaux Jetons !

Bonjour,

Découvrez cette semaine plus de 100 nouveaux jetons à la vente dans notre boutique Cgb.fr.

Bonne consultation et bons achats avec Cgb.fr !

Accès à l'ensemble de la boutique Jetons en cliquant ici. Accès aux jetons de la e-auction en cours en cliquant ici.

facebooktwitter
Joël CORNU

Ursula KAMPMANN, Die Münzen der römischen Kaiserzeit, Regenstauf, 3e tirage sans modification, relié cartonné, 17 x 24 cm, 544 pages, nombreuses illustrations N&B dans le texte. Code : Lm228. Prix : 39,90€.

Nous n’avions rendu compte ni de la première édition (2004), ni de la deuxième édition de cet ouvrage publié en 2011. Nous sommes très heureux de réparer cet oubli aujourd’hui, non pas avec une troisième édition, mais avec la réimpression anastatique de la seconde édition. Ursula Kampmann est bien connu des numismates du monde entier aujourd’hui grâce à son site « Coins weekly ». Avant tout, elle reste une historienne et une numismate qui fit sa thèse sur le monnayage de Pergame il y maintenant un quart de siècle. L’ouvrage est dédié à sa grand-mère qui lui a transmis son goût pour l’étude de l’Histoire. Nous trouvons la table des matières aux pages 7-8, très utile pour vous retrouver dans la liste des 201 personnages qui figurent dans le corps de l’ouvrage, de Jules César à Romulus Augustule. Nous trouvons ensuite les introductions de la première édition (p. 9) et de la deuxième édition (2010). Elles sont suivies par une introduction (p. 9-19) qui sert de mode d’emploi pratique de l’ouvrage. Faut-il rappeler que nous sommes en présence d’un ouvrage destiné aux collectionneurs où l’auteur justifie son l’utilité, pourquoi et pour qui elle l’a écrit ? Les explications sont donc précises sur les états de conservation (p. 14) et les prix (p. 15), et un petit lexique apporte des détails sur les patines des monnaies de cuivre ou de bronze, accompagné d’une liste des principaux défauts d’une monnaie susceptibles d’en déprécier la valeur (p. 15-17). Autant d’éléments très utiles au collectionneur débutant comme chevronné. Une troisième partie de cette introduction est réservée aux dénominations monétaires déclinées par métal (or argent et bronze) (p. 20-24). Elle est suivie par une digression sur les droits et les revers des monnaies (p. 24-25). Le tableau des principales entités (dieux et déesses, représentations personnifiées) qui sont représentées au revers des monnaies (p. 26-31) est très clair. Un carte p. 32 dresse une liste des ateliers monétaires tandis que les deux ultimes pages de l’introduction donnent une liste des principales abréviations rencontrées sur les monnaies avec leur traduction.

Le catalogue qui constitue le corps de l’ouvrage occupe les pages 35 à 509. Comme nous l’avons signalé dans l’introduction, le catalogue est divisé en 201 entrées, correspondant chacune à un personnage, Auguste, Augusta ou César, usurpateur compris pour l’Empire gaulois par exemple, ou Palmyre. Pour chacune des entrées, Jules César (100-44 avant J-C.) par exemple (n° 1, p. 35-37), vous trouverez en introduction un résumé de sa vie, suivie d’informations sur le monnayage et complétée par des renseignements destinés aux collectionneurs. Ensuite, le catalogue comprend trente-trois entrées principales qui décrivent les monnaies en débutant par l’or (aureus et quinaire) puis l’argent (denier et quinaire, sans portrait), et enfin le bronze. Pour chacune des monnaies, nous avons la date de fabrication, la légende et la description du droit puis du revers. Le tout est complété par les références bibliographiques et le prix pour trois états de conservation (S, pour TB, SS pour TTB et VZ pour SUP). Le tout est accompagné d’une riche iconographie de très bonne qualité, provenant de catalogues de ventes récents (avant 2010).

Pour le règne d’Auguste, le catalogue (n° 2) comprend au total 148 entrées où vous retrouverez les principales variétés frappées sous son très long règne entre Octave et le moment où il a reçu le titre d’Auguste à partir de 27 avant J.-C. Quelques numéros sont réservés aux monnaies de consécration ou de restitution frappées après sa mort. (p. 38-47) Pour Clodius Macer, usurpateur qui régna peu en 68 (n° 16), nous avons seulement deux entrées pour de très rares deniers d’argent. Pour Domitien, nous rencontrons d’abord les monnaies frappées sous les règnes de son père, Vespasien, puis celui de son frère Titus avant de trouver les monnaies frappées sous son seul règne. Le catalogue (n° 24) comprend ainsi 135 entrées au total. Pour certains types qui présentent les mêmes légendes de revers, le numéro peut se décliner avec plusieurs variétés comprenant jusqu’à huit numéros pour ce règne. Toutes les monnaies du règne ne sont pas recensées, mais vous pouvez facilement retrouver les plus courantes.

Pour le Règne d’Hadrien (117-138) (n° 32), nous avons quand même 268 numéros avec jusqu’à vingt-et-un sous numéros pour certains types de deniers. Et nous pourrions multiplier les exemples à l’infini. Tout ceci n’est rendu possible que par une simplifications des légendes de droit et des différents types de bustes.

Au IIIe siècle, pour Gallien (253-268) (n° 90), nous totalisons 249 entrées. Pour l’Antiquité tardive, anciennement connue comme le Bas Empire, à partir de Dioclétien, nous avons des informations sur les ateliers qui figurent en général à l’exergue des revers (n° 119) avec 104 entrées.

Constantin Ier (n° 136) totalise à lui seul 216 entrées. Après la mort de Théodose Ier en 395, les monnaies se déclinent tout d’abord pour la partie orientale de l’Empire, d’Arcadius à Léonce, puis d’Honorius à Romulus Augustule pour la « pars Occidentalis » de l’Empire.

Vous l’aurez compris, ce catalogue est d’une grande richesse et vous réserve aussi quelques surprises. Vous y trouverez Uranius Antoninus (n° 87), usurpateur éphémère de l’année 253, aussi bien que Zénobie (n° 108) reine de Palmyre ou bien encore Julien de Pannonie (n° 118) compétiteur malheureux de Carin en 284, sans oublier Aelia Zénonis (n° 177), épouse de Basiliscus, qui connut un destin funeste en 476 ou bien Olybrius (n° 198), éphémère empereur d’Occident en 472.

Mais ce n’est pas tout. Les annexes sont riches et importantes. Aux pages 511-518, vous retrouverez les agrandissements des personnages masculins figurant sur les monnaies et, aux pages 519-521, la même chose pour les personnages féminins. Ces pages, devenues familières, vous seront très utiles parfois pour identifier les monnaies dont les légendes sont parfois difficiles à lire ou disparues ! Un index alphabétique des 201 personnages se trouve à la page 522.

Une table de concordance entre la première et la deuxième édition se trouve aux pages 523 à 525. Un ultime index vous offrant le « pedigree » de toute les pièces photographiées est en fin d’ouvrage (p. 526-533). Vous aurez peut-être un jour la chance de découvrir que l’antoninien de Quintille (n° 105.8) que vous possédez, provient d’une vente Münzen und Medaillen Deutschland XIII, n° 786 !

Les dix dernière pages de l’ouvrage sont constituées par un cahier d’annonceur, seul vraie variante d’édition depuis la deuxième édition de 2010. En conclusion, si vous n’avez pas le Kampmann, n’hésitez pas une seconde. Pour la modique somme de 39,90€, vous aurez un véritable ouvrage de numismatique. Et l’allemand n’est pas un obstacle, la preuve : je ne suis pas germaniste et je l’utilise très facilement, je l’avoue parfois avec un petit dictionnaire allemand-français de mon smartphone. Enfin, cet ouvrage est abrégé MRK dans nos catalogues et nos fiches internet. Vous savez donc ce qui vous reste à faire.

Laurent SCHMITT (ADR 007)

PS : Ce livre appartient à une famille d’ouvrages publié, par la maison d’édition Battenberg qui vient compléter l’offre consacrée aux monnaies antiques que nous vous conseillons d’acquérir.

 

facebooktwitter
L'équipe cgb.fr
| 07/05/2021
Annonces

Nouvelles monnaies du Monde !

Bonjour,

Aujourd'hui découvrez sur la boutique des monnaies du monde un ensemble de nouvelles monnaies étrangères. Dans cet ensemble vous découvrirez des monnaies de tous pays et toutes époques !

Merci de collectionner avec Cgb.fr !

 

facebooktwitter
Pauline BRILLANT
| 07/05/2021
Annonces

480 monnaies romaines en ligne

Bonjour, 

Découvrez aujourd'hui une sélection de 480 monnaies romaines.

Les prix varient de 10 à 550 euros.

Bonne journée avec Cgb.fr

facebooktwitter
Marie BRILLANT

600 lots sont proposés dans la nouvelle vente Internet Auction de CGB Numismatique Paris – 11 mai 2021, de l'Afrique de l'Est au Zimbabwe en passant par le Katanga et la Russie. Les incontournables de la Banque de France y tiennent également une place de choix ! Spécimens, petit numéro, annulé, numéros consécutifs, fautés, slabs etc., les possibilités de collection sont de plus en plus diverses et passionnantes !

Placez vos pré-ordres dès à présent :

La phase Live (offres en direct) de la vente débutera le mardi 11 mai 2021 à partir de 14h00. N'oubliez pas de vous créer un pseudo pour pouvoir y participer : création compte/pseudo

Besoin d'y voir plus clair dans le déroulement d'une Internet Auction ? cliquez ICI.

facebooktwitter
L'équipe cgb.fr

Bonjour

Nous vous proposons, cette semaine, un ensemble varié de billets étrangers.  N'hésitez pas à parcourir cette sélection pour découvrir peut-être le billet manquant à votre collection.

  

   

Merci de collectionner avec CGB Numismatique Paris

facebooktwitter
Fabienne RAMOS

Guy MAUREL, Corpus des monnaies de Marseille, Provence, Languedoc oriental, vallée du Rhône 525-20 av. J.-C., 2021, éditions Monnaies d’Antan, relié cartonné, 21 x 30,5 cm, 254 pages, nombreuses illus. en couleur, 1275 n°. Code : Lc201. Prix : 65€.

Sous ce titre, nous trouvons la cinquième version d’un ouvrage publié en 2013, puis en 2016, encore 2018, et 2019 et enfin aujourd’hui ! Entre toutes ces éditions, l’auteur a remis sur le métier les connaissances acquises et a bien amélioré la première version, celle de 2013. Guy Maurel n’est pas un scientifique ou un historien, mais un collectionneur et un professionnel numismate. C’est surtout un amoureux de sa région : la Provence, qu’il nous fait découvrir au travers des monnaies. Nous vous invitons donc à parcourir avec nous ces pages qui vont nous familiariser avec ces monnayages provençaux si attachants, témoins de notre Histoire. Avec cette cinquième mouture, l’auteur a complètement modifié sa numérotation, qui s’établit maintenant à 1275 numéros pour l’ensemble de l’ouvrage.

À la page 2, l’auteur nous présente les motivations qui l’ont poussé à nous livrer cette cinquième édition d’un travail publié pour la première fois en 2013, mais débuté en réalité sur le terrain il y a plus de quarante ans. Une table des matières détaillée (p. 3-4) permettra au lecteur de suivre le cours du discours. Guy Maurel a confié la rédaction de son introduction à Georges Depeyrot (p. 5-7), qui a déjà publié un ouvrage consacré au monnayage de Marseille. Cette première partie est complétée par un avant-propos (p. 8-10) de l’auteur visant à mettre en lumière les points fort de l’ouvrage. Une chronologie succincte (p. 11) et une page (p. 12) consacrée aux étalons et poids précèdent le catalogue qui occupe la plus grande de l’ouvrage (p. 13-241). Les douze premières pages restent identiques par rapport aux trois dernières éditions de l’ouvrage.

Ce catalogue, bien détaillé dans le cadre de la table des matières, ne contient pas moins de 41 entrées : Marseille période archaïque A, 525-500 av. J.-C. (hémidrachmes, dioboles et trihémioboles) (p. 13, n° 1 à 8) ; Marseille période archaïque B, 500-475 av. J.-C. (oboles et ses divisionnaires : 3/4, 1/2, 1/4 et 1/8 d’obole, d’étalon milésiaque d’après l’auteur (p. 15-28, n° 9 à 87) ; Marseille période post-archaïque, 475-460 avant J-C. (p. 29, n° 88 à 91), suivi par des imitations pour la même période (p. 30, n°, 92-94) puis par une reprise du thème précédent (p. 31-33, n° 95 à 110) ; Marseille période post-archaïque finale, 470-460 av. J.-C. (p. 34-36, n° 111 à 124) cet ensemble est donné à l’étalon phoçaïque ; gréco-provençale - Arles ? Période archaïque Provence - Théline, 520-475 av. J.-C. (p. 37-50, n° 125 à 205) (obole et ses divisions : 1/2, 1/4 et 1/8 d’obole) ; Amporias période archaïque, 470-460 av. J-C. (p. 51, n° 206 à 210) ; Marseille période préclassique, 460-450 av. J-C. avec les différents types d’oboles et d’hémioboles au crabe (p 52 à 57, n° 211 à 238) ; Marseille période préclassique, 440-410 av. J.-C. (p. 58 à 69, n° 239 à 304) avec les différents types de monnaies à la tête casquée ; imitation de Marseille, 450-410 av. J-C. (p. 70-71, n° 305 à 311) ; Marseille période préclassique, 440-410 avant J.-C. (p. 72-77, n° 312-343) ; Marseille période classique, 410-336 av. J.-C. (p. 78-83, n° 344 à 373) suivie par des imitations (p. 84, n° 374 à 378) ; Marseille période hellénistique, 336-49 av. J.-C. (p. 85-96, n° 379 à 436) ; imitation de Marseille, 410-49 av. J.-C . Provence (Péri-massaliète) (p. 97-101, n° 437 à 458) ; Salyens, 150-49 av. J.-C. (p. 102-112, n° 459 à 514) ; région de Nice Nerusii ou Vediantii ou Nikae, 150-120 av. J.-C. (p 113-114, n° 515 à 519) ; région de Nîmes ou la Vaunage, 120-49 av. J.-C. (p. 115-118, n° 520 à 537) suivi de Nîmes 120-49 avant J.-C. Ambrussum (p. 118 et n° 538) ; Marseille période hellénistique, 280-225 av. J.-C. drachme lourde (p. 119-121, n° 539 à 549) suivi des hémidrachmes (p. 121, n° 550-551) ; Marseille période hellénistique, 225-49 av. J.-C. drachmes légères ou tétroboles (p. 122-164, n° 552 à 774) ; Segobriges – Tricores, 150-100 av. J.-C. (p. 165, n° 775 et 776) ; Saint-Blaise ( ?) Caecinences 150-130 av. J.-C. (p. 165, n° 777) ; Marseille période hellénistique, 250-49 av. J.-C. (p. 166-179, n° 778 à 990) pour les différents types de bronzes au taureau et au trépied avec les différentes réductions pondérales ; divers Marseille période hellénistique, 200-130 av. J.-C. (p. 186-187, n° 991 à 998) ; Marseille période gallo-romaine, 49-25 av. J.-C. (p. 188 à 194, n° 999 à 1051) ; imitation de Marseille, 150-49 av. J.-C., basse et moyenne vallée du Rhône (p. 195 à 204, n° 1052 à 1104) ; Smanagenses, 125-60 av. J.-C. Provence ou Languedoc (p. 205, n° 1105-1107) ; basse et moyenne Vallée du Rhône Provence et Languedoc oriental (p. 206,-216 n° 1108 à 1160) ; Saint-Rémy de Provence, 160-110 av. J.-C. Glanum (p. 217, n° 1161 à 1163) ; Avignon, 125-49 av. J.-C. Avenio (p. 218-219, n° 1164 à 1169) ; Cavaillon période hellénistique et gallo-romaine, 44-23 av. J.-C. (p. 220_221, n° 1170 à 1178) ; Orange, 75-25 av. J.-C. Arausio (p. 222-223, n° 1179-1184) ; basse vallée du Rhône période gallo-romaine Provence ou Languedoc, 30-20 av. J.-C. (p. 223, n° 1185) ; Cabasse ( ?) Matovo, 75-25 av. J.-C. (p. 224, n° 1186) ; Fréjus période gallo-romaine, 30-20 av. J.-C. Forum Julii (p. 224, n° 1187 et 1188) ; Antibes période gallo-romaine, 44-27 av. J.-C. et Antipolis (p. 225-226, n° 1189 à 1212) ; Région de Nîmes, 120-49 av. J.-C. Volcae Arecomici (p. 227-228, n° 1213 à 1219) ; Nîmes ou région de Nîmes, 150-49 avant J.-C. (p. 228-229, n° 1220 à 1224) ; Nîmes période gallo-romaine, 40-27 av. J.-C. et 27 avant J.-C. 14 après J.-C. (p. 230-232, n° 1225 à 1236) ; basse et moyenne vallée du Rhône Cavares – Allobroges (p. 233-241, n° 1237 à 1275).

En fin d’ouvrage, un excursus est consacré au passage du troc à la monnaie (p. 242-243), suivi d’un petit historique et d’un tableau des équivalences du système monétaire de Phocée et pondéral attique (p. 243). Il est lui-même suivi d’un volet consacré à la métrologie de Marseille accompagné d’une table en page 244. Une page d’agrandissement sans numérotation consacrée aux monnaies archaïques de Marseille et gréco-provençales se trouve en regard page 245. Elle est suivie d’une carte de localisation des trouvailles de monnaies archaïque gréco-provençales (Bouches-du-Rhône et Var) de Jean-Albert Chevillon (p. 246). En fin d’ouvrage, nous avons un alphabet grec (p. 247), deux pages pour la transcription des chiffres (p. 248-249), une liste d’abréviations (p. 250), une liste de remerciements (p. 251) et enfin une bibliographie (p. 252). Les deux dernières pages de l’ouvrage en rappellent les différentes éditions précédentes.

Si pour chaque monnaie, en regard du classement, des références bibliographiques sommaires sont données, dont celle qui renvoie à la version précédente de l’ouvrage de l’auteur, nous demandons instamment à celui-ci de ne plus procéder à une renumérotation totale de son ouvrage, au risque de devoir reclasser inlassablement nos collections. Enfin si Guy Maurel pouvait attendre plus de deux ans avant de nous livrer une sixième version de cet ouvrage fort pratique, il rendrait un grand service à la communauté numismatique. J’espère que ce message sera aussi entendu par son éditeur !

Cet ouvrage rendra de nombreux services aux collectionneurs ou chercheurs malgré l’absence d’index ou de tableaux. Il nous manque toujours une grande synthèse historique et numismatique sur les monnayages provençaux, de Marseille en particulier. Malgré la réimpression dans la série MONETA, n° 209, Wetteren de l’ouvrage de G. Depeyrot, publié en 2017, qui n’est d’ailleurs pas reprise dans l’ouvrage de Guy Maurel, nous attendons toujours ce grand ouvrage consacré à cette région et espérons le voir publié de notre vivant, mais ne tardez pas trop !

Laurent SCHMITT

 

facebooktwitter
L'équipe cgb.fr

Napoléon ! Peu de personnages historiques auront soulevé autant de passions et auront eu leur image porteuse de tant de symbolique. La commémoration du bicentenaire de la mort de Napoléon, ce 5 mai 2021, nous confronte à la complexité d’un homme et d’une époque. Loin des débats qui agitent la France actuelle, nous vous présentons aujourd’hui une sélection de monnaies, médailles, jetons (et billets !) spéciale Napoléon Ier.

Remarquable communicant, Napoléon saisit très tôt l’importance de l’objet monétaire, médaille et jetons comme outil de propagande. De même, ses partisans n’eurent de cesse, tout au long du XIXe siècle, d’entretenir sa mémoire via ces supports.

Tout au long du XIXe siècle et même au-delà, le Consulat, l’Empire puis les héritiers et partisans du bonapartisme se mettent en scène sur les monnaies, médailles et jetons, autant de véritables outils politiques.

Choisir Bonaparte en 1955 pour figurer sur la nouvelle coupure de 10 000 francs en dit long sur la manière dont la IVe République décide de se représenter dix ans après la fin de la Seconde Guerre mondiale !      

Nous vous invitons à une promenade à travers notre histoire et notre culture mémorielle via ce panorama loin d’être exhaustif. Pour accéder à l'ensemble des monnaies, médailles, jetons et billets, nous vous invitons à cliquer sur le lien ci-dessous.

 

facebooktwitter
L'équipe cgb.fr
| 04/05/2021
Annonces

E-auction n° 421 - Cgb.fr

Bonjour,

Cgb.fr vous présente sa nouvelle E-auction, avec des prix de départ à 1 euro, pas de prix de réserve et pas de frais acheteurs. Le collectionneur décide du prix de la monnaie !

Cliquez ici pour vous inscrire et participer aux e-auctions

Cliquez ici pour accéder aux articles de la vente

La nouvelle e-auction de Cgb.fr vous propose un large choix de monnaies, jetons et billets, quelque soit votre domaine de collection.

Pour obtenir toutes les informations sur le fonctionnement des e-auctions, rendez-vous sur la Foire Aux Questions.

Bonne chasse !

facebooktwitter
Fatima MAHFOUDI

ALAIN TISSIERE : UN GRAND COLLECTIONNEUR ET CHERCHEUR ARDENNAIS QUE NOUS N’OUBLIERONS PAS

Alain Tissière (1936-2020) n’est plus. Il est décédé à la fin de l’année dernière dans un EHPAD où il avait été admis il y avait quelque temps déjà en raison des atteintes irrémédiables de la vieillesse qui l’avait rendu dépendant et obligé de quitter sa chère maison de Francheval près de Sedan, occupée aujourd’hui par son fils unique. Son épouse, madame Tissière, véritable cuisinière émérite et remarquable hôtesse de maison, l’avait quitté il y a déjà quelques années mais elle était plus âgée que lui de 5 ans. Alain Tissière a rejoint son père qu’il m’avait fait connaître avant de disparaître, à 86 ans, avec les mêmes atteintes de la vieillesse.

Pour beaucoup de lecteurs du Bulletin Numismatique, le nom d’Alain Tissière ne dira peut-être pas grand-chose. Il s’était en effet retiré de la numismatique à la fin de décembre 2002 après avoir été un remarquable collectionneur de monnaies ardennaises pendant plusieurs décennies, depuis au moins la fin des années 19501. Une belle réussite professionnelle pendant plusieurs années dans les métiers de l’industrie lui avait permis de consacrer à sa collection et à ses bibliothèques numismatique et historique concernant les Ardennes qui lui étaient chères, des moyens financiers importants.

De ce fait, lorsqu’il vendit sa collection de monnaies ardennaises le 31 décembre 2002 dans la VSO Monnaies XVII du Comptoir général financier aujourd’hui Cgb.fr, cette magnifique collection était la plus importante collection privée de monnaies ardennaises en France, venant après les deux collections publiques exceptionnelles que sont celle du Cabinet des médailles de la Bibliothèque nationale de France (BnF) à Paris suivie de celle du musée de l’Ardenne à Charleville-Mézières, constituée à partir des célèbres collections de Charles Delahaut et Henri Descharmes, dont Alain Tissière sut se montrer un digne successeur.

À l’occasion de cette VSO Monnaies XVII du 31-12-2002 entièrement consacrée à la collection Alain Tissière, un remarquable catalogue de 224 pages fut rédigé conjointement par Arnaud Clairand et Stéphan Sombart, alors membre de CGB-CGF. Ce catalogue demeure, presque 20 ans après, un modèle : toutes les monnaies, médailles et jetons des Ardennes font l’objet de remarquables et exactes descriptions accompagnées d’excellentes photos, ce qui fait de ce catalogue une précieuse référence toujours valable aujourd’hui (2 712 monnaies, médailles et jetons étudiés auxquels il faut ajouter une centaine d’ouvrages). Aujourd’hui, lorsqu’on a besoin de trouver des références concernant les monnaies ardennaises dans des catalogues récents, il en existe quatre : celui de la vente du Kölner Münzkabinett à Cologne en novembre 1984 (ancienne collection de Jonghe), celui de la Collection Tissière (2002) et ceux des ventes CGB-CGF n°35 et n°39 (collection Robert) de 2008 et 2009.

La particularité de la collection Tissière est qu’elle n’était pas seulement le résultat de la curiosité d’un collectionneur mais qu’elle révélait aussi en son propriétaire l’existence d’un chercheur indépendant. Ce sont les recherches d’Alain Tissière qui lui permirent en 2002 d’apporter à l’ouvrage de Gérard Crépin et autres consacré aux doubles et deniers tournois, dit couramment CGKL, les connaissances afférentes aux doubles et deniers ardennais. Car Alain Tissière ne gardait pas son savoir pour lui, il aimait le faire partager. Pendant plusieurs années, il apporta un concours actif à la Société française de numismatique, notamment en 1989 lors des Journées numismatiques de Charleville-Mézières dont le BSFN est orné de la photo de son thaler de Charleville qu’il y commenta, pièce aujourd’hui dans la collection de S.A.S. le prince Albert II de Monaco. Il compta également dès 1965 parmi les premiers adhérents de la Société d’Études Numismatiques et Archéologiques (SENA) et donna plusieurs articles aux Cahiers numismatiques, certains cosignés avec moi.

En 1992, lors de l’exposition consacrée au 350e anniversaire du rattachement de Sedan à la France, il fut à mes côtés pour cosigner le catalogue des monnaies de Sedan, publié en couleurs (encore disponible au château-musée de Sedan). Ce catalogue, qui est toujours valable après presque trois décennies, doit être prochainement complété par mon ami Michel Pérignon, éminent numismate wallon, spécialiste de Sedan et de Bouillon qui s’est déjà exprimé sur cette question dans le Bulletin numismatique. Ces dernières années, Michel, qui visitait régulièrement Alain Tissière, ne manquait pas de me donner de ses nouvelles, ce dont j’étais fort heureux.

Alain Tissière avait activement soutenu la création et le développement de CGB-CGF par Michel Prieur et était lié avec Arnaud Clairand et Gérard Crépin notamment. C’est pourquoi il avait tout naturellement confié la vente de sa collection de monnaies à CGB-CGF et donné à Cgb.fr ses archives monétaires qu’Arnaud Clairand connaît bien. Lorsqu’il quitta la numismatique, il resta passionné par l’histoire des Ardennes à laquelle il s’intéressa aussi longtemps que ses facultés intellectuelles le lui permirent.

Alain Tissière était un véritable « sanglier des Ardennes ». Entier, parfois « soupe au lait » mais d’une scrupuleuse honnêteté et au coeur d’or. Voilà pourquoi ceux qui l’ont bien connu, j’ai eu ce privilège pendant une douzaine d’années, ne peuvent l’oublier comme ils ne peuvent oublier son réel apport positif à la numismatique, particulièrement cette riche et passionnante numismatique ardennaise à laquelle il s’est consacré pendant un demi-siècle.

Christian CHARLET

1- A. Tissière avait commencé à collectionner dès l’âge de 14 ans en 1950.

facebooktwitter
L'équipe cgb.fr
La boutique des monnaies et billets cgb.fr
Les boutiques cgb.fr

Des dizaines de milliers de monnaies et billets de collection différents disponibles. Tous les livres et fournitures numismatiques pour classer vos monnaies et billets.
Les live auctions de cgb.fr
Les live-auctions cgb.fr

Découvrez les nouvelles live auctions de cgb.fr !
Les e-auctions de cgb.fr - prix de départ 1
Les e-auctions - cgb.fr

Prix de départ 1 Euro, pas de frais acheteur, les collectionneurs fixent le prix de l'article !
Le Bulletin Numismatique
Le Bulletin Numismatique
Retrouvez tous les mois 32 pages d'articles, d'informations, de photos sur les monnaies et les billets ainsi que les forums des Amis du Franc et des Amis de l'Euro.
Le e-FRANC
Le e-FRANC

Retrouvez la valeur de vos monnaies en Francs. De la 1 centime à la 100 Francs, de 1795 à 2001, toutes les cotations des pièces en Francs.
La boutique des monnaies françaises 1795-2001
cgb.fr - 36,rue Vivienne - F-75002 PARIS - FRANCE - tel : 01-42-33-25-99 mail: blog@cgb.fr
Mentions légales - Copyright ©1996-2014 - cgb.fr - Tous droits réservés

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de Cookies et autres traceurs afin de vous offrir une expérience optimale.

x